BBC Afrique
Dakar, capitale de la mode africaine
le 14 juin 2012

«C’est un grand moment, une fête, un anniversaire.Toute la famille est réunie et je pense qu’au niveau des créations, on va être étonné. Les designers vont faire en sorte que le dixième anniversaire soit inoubliable.»

Le site de la BBC Afrique, qui rapporte ces propos de l'organisatrice de la Dakar Fashion Week, la styliste Adama Amanda Ndiaye, fait savoir que lors de la conférence de presse de lancement de la manifestation, elle avait déjà annoncé la couleur:

«La 10e édition de la Dakar Fashion Week sera un grand moment.»

Depuis le 12 juin, la capitale sénégalaise accueille trente stylistes représentant neuf pays africains. L'objectif, promouvoir la mode africaine.

Pour cette dixième édition, la Dakar Fashion Week a mis l’accent sur la diversité, comme l’illustre la présence de designers pakistanais ou égyptiens qui éprouvent, souvent, les plus grandes difficultés à exercer leur métier dans leur pays.

«C'est effectivement très difficile de faire de la mode en Egypte», a déclaré Titos, un jeune styliste égyptien.

«Les gens sont très conservateurs et il y a le poids de la religion. Cela ne veut pas dire que les gens n'aiment pas la mode, mais il y a beaucoup de restrictions, et c'est difficile de créer dans de telles conditions. Avec l'arrivée des Frères Musulmans au pouvoir cela va être encore plus difficile. Je crois que si je veux continuer à exercer mon métier je vais devoir quitter l'Egypte», a-t-il ajouté.

L’évènement, moyennant un budget de 80 millions de Francs CFA (environ 122.000 euros), a été marqué le 13 juin par un grand défilé gratuit en plein air.

«C’est histoire de donner l'occasion aux gens qui n'ont jamais accès aux endroits huppés de vivre pleinement un défilé», a tenu a faire savoir Adama Amanda Ndiaye. 

Avant d’ajouter:

«On a mis un énorme podium sur toute l'avenue. C'est la preuve qu'on veut partager et surtout démocratiser la mode.»

Autre valeur ajoutée, le styliste nigérien Alphadi, invité d'honneur .

Pour la styliste Ndiaye, cela ne fait aucun doute: l’Afrique a sa place dans la mode internationale.

D’ailleurs, elle a initié avec succès une Black Fashion Week à Prague, en République tchèque, et annonce pour juillet prochain une Black Fashion Week à Bahia, au Brésil, avant celle de Paris en octobre.

Lu sur BBC Afrique

 

A lire aussi

Saint-Louis, la belle métisse s'encanaille

Et si l'Afrique devenait une terre de science-fiction?

La démocratie n'a pas dit son dernier mot