société
Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle
par Slate Afrique,
le 25 août 2017

Ces dernières années, les orphelinats avaient poussé comme de tristes champignons sur le continent africain. Plusieurs guerres civiles sanglantes et les ravages du virus du sida avaient laissé seuls des centaines de milliers d'enfants en bas âgé. En Ouganda, le nombre d'enfants hébergés dans des établissements spécialisés avait par exemple explosé, de seulement 2.900 en 1992 à 50.000 en 2013, explique le magazine The Economist dans un article consacré au sujet. 

Mais aujourd'hui, la tendance s'inverse. L'ONG Hope and Homes for Children se félicitait au mois de juin d'avoir atteint le nombre de 100 orphelinats fermés grâce au placement des enfants dans des familles d'adoption sur place. 

«Les enfants en orphelinat sont souvent exposés à des abus et à des négligences. Sans leur famille pour prendre soin d'eux ou d'amis pour s'amuser, ils évoluent dans un monde sans véritable amour. Nous avons atteint la barre symbolique des 100 orphelinats fermés ce qui est une étape importante et représente des milliers d'enfants sauvés et placés dans des familles qui les aiment», affirmait Hope and Homes for Children dans un communiqué

Ne pas aller trop vite

Plusieurs enquêtes sur le terrain avaient déjà prouvé que de nombreux enfants logés en orphelinats avaient encore des proches qui pouvaient s'occuper d'eux. «Les orphelinats cherchaient parfois des enfant pour remplir leurs lits. Un sondage au Malawi avait montré que 52% des établissements recrutaient activement des enfants qui pour certains ne pouvaient pas être considérés comme abandonnés», rapporte The Economist. Au Rwanda, plus d'un tiers des enfants placés en orphelinats sont ainsi régulièrement contactés par des proches. 

Cependant, si, les fermetures d'établissements pour enfants abandonnés sont parfois une bonne chose, ce processus doit se faire avec soin. Quand cela est dans la précipitation sans projet sur le long terme, comme c'est le cas en Ethiopie ou en Tanzanie, de nombreux enfants sont rendus à des familles trop pauvres pour les éduquer correctement.