Daily Nation
Le faiseur de «bébés miracles» extradé au Kenya
le 23 septembre 2011

La bataille juridique qui opposait la cour d’appel de Londres au pasteur évangélique kényan qui prétendait donner des «bébés miracles» à ses fidèles stériles ou ménopausées vient de connaître son épilogue après quatre années de procédure, renseigne le Daily Nation le 21 septembre.

L'homme, qui exerçait dans le sud de Londres, sera finalement extradé au Kenya où il sera jugé pour l’enlèvement de cinq enfants âgés de un à quatre ans, entre 1999 et 2004.

Theresa May, ministre de l’Intérieur britannique, a ordonné le 13 septembre que Mgr Gilbert Deya soit remis aux autorités kényanes compétentes. Le pasteur est attendu dans son pays vendredi 23 septembre, a rapporté son avocat Moses Odawa.

Mgr Deya a soutenu pour sa part que cette extradition constituait une violation de ses droits fondamentaux. A l’en croire, il ne bénéficierait pas d’un procès équitable dans son pays.

Mary Juma Deya, son épouse, est actuellement emprisonnée au Kenya. En 2007, elle a été accusée avec deux autres femmes d’avoir volé un bébé et a purgé une peine de deux ans à la prison des femmes de Nairobi. En janvier 2011, elle a été condamnée à nouveau à trois ans pour le vol d’un autre enfant en septembre 2005.

La saga des «bébés miracles» a débuté en 2004, lorsque l'émission d'investigation Face the facts de la BBC est diffusée à la radio. Gilbert Deya y prétendait pouvoir soignait la stérilité par la «puissance de la prière», rapporte le Guardian.

Les femmes stériles ou ménopausées qui le sollicitaient à son église de Peckham devaient prier puis se rendre dans des cliniques à Backstreet, au Kenya, pour «donner naissance» à leurs «bébés miracles». Ainsi, 20 nourrissons sont «apparus». Pour expliquer la différence entre l'ADN des bébés et celui des «parents», Deya a une explication:

«Ce n’est pas quelque chose que je peux expliquer à un humain, cela relève du domaine de Dieu».

Au même moment à Nairobi, des rapports de police faisaient état de disparitions de nourrissons. Le pasteur de 58 ans a nié toutes les accusations de trafic d'enfants portée à son encontre. David Lammy, député de Tottenham a salué son extradition:

«Gilbert Deya a escroqué et trahi ces femmes vulnérables. C'est un homme très dangereux, qui aurait dû être retiré de ce pays il y a longtemps».

Lu sur Daily Nation, Guardian