actualités
Nigeria: 14 personnes tuées par des voleurs de bétail
par AFP,
le 19 novembre 2019

Quatorze personnes ont été tuées par des voleurs de bétail dans une attaque de représailles dans le nord-ouest du pays, en proie à une criminalité grandissante, a annoncé mardi la police nigériane.

Des assaillants à moto ont fait irruption dans un village isolé de l'Etat de Zamfara dans la nuit de dimanche à lundi, tuant des habitants et incendiant des maisons. 

"Quatorze personnes ont été tuées et 10 ont été blessées par balle", a déclaré le porte-parole de la police de Zamfara, Mohammed Shehu dans un communiqué.

Il a assuré que l'attaque avait été menée en "représailles" après le meurtre de neuf bandits présumé miliciens locaux dans un village voisin, le 3 novembre. L'arrestation de 11 miliciens en lien avec ces exécutions extrajudiciaires n'a pas apaisé les bandits venus pour se venger, a-t-il précisé. 

Depuis plusieurs années, les communautés rurales de Zamfara sont assiégées par des bandes de voleurs de bétail qui effectuent des raids meurtriers pour tuer, piller et brûler des maisons.

Les "bandits" vivent dans des camps éparpillés dans la forêt de Rugu, à cheval entre les Etats de Zamfara, Katsina, Kaduna et Niger, à partir desquels ils lancent des attaques contre des communautés villageoises, pillant et kidnappant contre rançon. 

Face à l'impuissance des forces de l'ordre à les protéger, les habitants ont créé des groupes d'autodéfense locaux pour lutter contre les gangs. Mais les miliciens sont également accusés d'assassinats extrajudiciaires et d'autres exactions. 

En juillet, les autorités de Zamfara ont conclu un accord de paix avec plusieurs gangs pour rétablir l'ordre, promettant une amnistie à ceux qui rendent leurs armes. 

Cet accord a mis fin aux attaques dans l'Etat de Zamfara et poussé les autorités de l'État voisin de Katsina à entamer des pourparlers de paix similaires avec les bandits. 

Cependant, des opérations sporadiques de l'armée et de miliciens incitent les gangs criminels à réagir et à se faire justice eux-mêmes. Le mois dernier, des bandits ont tué neuf soldats qui avaient éliminé plusieurs des leurs dans le district d'Anka, à Zamafara.